Rallycross RX Team

Démarrage en trombe pour Pailler Compétition

De retour à la compétition en ce début de mois de mai sur la scène du championnat de France de Rallycross, la structure Pailler Compétition a d'entrée de jeu signé un premier succès par l'intermédiaire de François Duval. Longtemps en course pour le podium, Jonathan Pailler s'est finalement contenté d'une cinquième place peu représentative de la vitesse de pointe dont il aura su faire preuve sur le circuit de Châteauroux.

D'une journée de samedi marquée par les averses à un retour à des conditions plus clémentes le dimanche, les nouvelles Peugeot 208 WRX de la structure Pailler Compétition auront tranquillement assumé leur montée en puissance. À la recherche du bon équilibre sous la pluie, François Duval aura aligné pas moins de deux scratches consécutifs en Q3 et Q4 pour valider la deuxième place du classement intermédiaire tandis que Jonathan Pailler - qui était clairement dans le match avec la Peugeot 208 du leader provisoire alias Julien Fébreau sur le plan de la vitesse pure - manquait une belle occasion de conclure son effort parmi le Top 3 du classement intermédiaire après une attaque musclée de la Clio de Philippe Maloigne sur le virage 2 de la Q4.

Quatrième à l'issue des qualifications, Jonathan Pailler parvenait tout de même à prendre le dessus sur le reste de la meute en demi-finale pour s'imposer devant son équipier François Duval. Un résultat une nouvelle fois prometteur qui assurait aux deux Peugeot 208 WRX Pailler Compétition de rejoindre Julien Fébreau sur la première ligne de la grille en vue de l'ultime Top 8. Après le départ on ne peut plus efficace de Jonathan Pailler en demi-finale, ce fut cette fois au tour de François Duval de piéger les favoris à la victoire finale. Auteur d'un envol d'une rare efficacité, François Duval prenait les commandes de la course pour ne plus jamais les lâcher et ainsi confirmer son statut d'homme fort de la deuxième journée de compétition.

De quoi assurer à l'ancienne pointure du WRC de décrocher une deuxième victoire en Supercar sous les couleurs de la structure Pailler Compétition et de marquer d'une pierre blanche l'entrée en scène de l'équipe multiple championne de France pour cette saison 2019.

François Duval - Peugeot 208 WRX

« On manquait encore de recul sur la voiture sous la pluie le samedi. C'était la première fois que l'équipe faisait évoluer la voiture dans de telles conditions donc on s'est contenté de travailler sur les réglages au fur et à mesure de la journée en essayant de trouver la bonne fenêtre de tir. En revanche, sur le sec, les choses se sont avérées plus faciles me concernant. Même si je n'avais plus roulé depuis un an, j'apprécie généralement les conditions de piste que nous avons eues dimanche matin. Rouler en slicks sur des routes comportant des petites plaques d'humidité est un exercice dans lequel je suis à l'aise. J'ai réussi à avoir une belle avance en Q3 avant que mon avantage ne diminue en Q4. Cependant, il restait à négocier de la meilleure des manières la demi-finale et la finale. Gagner des manches, c'est bien, mais cela ne garantit pas pour autant de décrocher une victoire en fin de week-end. En dehors de la demi-finale et de l'averse de grêle qui a rendu la piste très délicate, la deuxième journée de course s'est très bien déroulée me concernant. Autant nous avons eu des difficultés sous la pluie le samedi, autant le reste du week-end nous a permis de nous exprimer comme on le souhaitait avec cette Peugeot 208. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 WRX

« En termes de vitesse pure, j'ai réussi à être dans le match tout au long du week-end mais, comme je le dis toujours, le Rallycross est aussi un sport aléatoire. En finale, j'ai essayé de faire l'extérieur à Julien Fébreau. Malheureusement, je me suis retrouvé sur la partie sale de la piste et ma stratégie n'a pas fonctionné comme j'aurais pu le souhaiter. Ça fait partie du jeu mais il me fallait prendre ce risque. Néanmoins, François Duval est parvenu à hisser nos couleurs sur la plus haute marche du podium et c'est une sacrée performance. Nos temps étaient similaires tout au long du week-end et il y a fort à parier qu'un double podium n'était pas hors de portée pour notre équipe. Cependant, je tiens à rester correct sur la piste et ne pas tenter des attaques trop musclées dans la simple optique de glaner une position: c'est notre philosophie à l'intérieur de l'équipe Pailler Compétition et je n'entends pas m'écarter de cette approche. D'un point de vue plus général, nos performances alignées à Châteauroux sont de très bon augure pour la suite de la saison et nos Peugeot 208 ont prouvé qu'elles avaient assurément le potentiel pour briller cette année. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Jonathan Pailler et François Duval ouvrent le bal

Absente de la manche d'ouverture du championnat de France disputée à la mi-avril dans la Manche, la structure Pailler Compétition débutera son programme 2019 les 4 et 5 mai prochains sur la piste de Châteauroux. Pour cette pige à venir dans les rangs du championnat de France, l'équipe la plus titrée du Rallycross Français confiera ses deux Peugeot 208 WRX à François Duval et Jonathan Pailler.

Si on ne présente plus l'ancien pensionnaire du championnat du Monde des Rallyes passé par M-Sport et Citroën Sport, François Duval aura entre les mains une monture de premier choix pour briller sur une piste de Châteauroux qui devrait mettre en évidence les redoutables qualités châssis de la Peugeot 208 WRX. Habitué du championnat de France et des épreuves internationales, François Duval enfilera naturellement un costume de favori qu'il partagera avec un Jonathan Pailler des plus impatients à l'idée de retrouver la compétition.

« C'est un réel plaisir que de pouvoir débuter cette saison 2019 aux côtés d'un pilote aussi charismatique que François Duval. D'autant plus que je retrouverai à Châteauroux un circuit sur lequel j'ai signé mon premier podium en carrière dans les rangs de la catégorie reine du Supercar, » souligne Jonathan Pailler.

« Cette intersaison nous a permis de préparer avec soin les échéances à venir. Nous ressortons d'une séance d'essais sur le circuit de Lohéac qui nous a permis de poursuivre notre découverte de ces Peugeot 208. Autant dire que notre recul sur ces voitures est désormais autrement plus évident qu'il ne l'était l'an dernier et que nous sommes prêts à exploiter le potentiel de ces voitures avec une lecture des plus précises. »

Pour cette manche de reprise, François Duval et Jonathan Pailler débarqueront sur la piste de Châteauroux avec quelques ambitions évidentes.

« On ne participe pas à un programme complet en championnat de France cette saison, il est donc évident que jouer la plus haute marche du podium dès cette épreuve de Châteauroux fait partie de nos objectifs. Cependant, le Rallycross n'est pas une science exacte et ce n'est pas toujours le plus rapide qui parvient à s'imposer. Généralement, tout se décide en une fraction de seconde et un bon ou un mauvais départ peuvent se charger de faire basculer l'issue du meeting dans un sens ou dans l'autre. Néanmoins, cela ne nous empêchera pas de tout mettre en œuvre pour conclure cette première course de la saison par un résultat de premier choix, » poursuit le sociétaire de la structure Pailler Compétition avant d'évoquer sa future collaboration avec l'ancienne pointure du WRC.

« Tout le monde connaît la redoutable pointe de vitesse de François Duval. À l'époque, il était le seul à pouvoir tenir tête à Sébastien Loeb sur les épreuves asphalte du WRC. Autant dire que c'est un véritable privilège pour notre équipe que de pouvoir l'accueillir à nouveau dans nos rangs pour cette étape de Châteauroux ! »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Conclusion de saison en trombe

En positionnant deux voitures parmi le Top 5 lors de la dernière étape du championnat de France de Rallycross disputée le week-end dernier sur le circuit de Dreux, la structure Pailler Compétition s'est assurée d'une performance de premier choix pour conclure sa saison 2018.

En prenant pour la première fois les commandes de la Peugeot 208 WRX ex-Peugeot Sport, Fabien Pailler n'aura pas manqué l'opportunité qui lui était offerte de jouer les premiers rôles. Pour preuve, le pilote aux couleurs d'Axel Fermetures et d'Intermarché Carte Carburant se sera ainsi offert le gain du meilleur temps lors des trois séances d'essais libres avant de confirmer sa pointe de vitesse lors d'une première journée de compétition marquée par deux deuxièmes temps signés en Q1 et Q2. Hélas pour Fabien Pailler, une violente attaque d'un concurrent au départ de la Q4 se chargera de reléguer le pilote de la Peugeot 208 à une bien moins élogieuse 9e place à l'issue des qualifications.

De son côté, Jonathan Pailler aura su se relever d'une entame de meeting difficile marquée par un 18e temps en Q1. Souvent pris dans le trafic dès les premiers mètres de course, le pilote aux couleurs de Salaün Holidays fut contraint de prendre son mal en patience jusqu'au coup d'envoi d'une Q3 récompensée par un satisfaisant Top 3. Pourtant 10sup>e au terme des qualifications, rien n'aura pourtant pu empêcher le pensionnaire de la structure Pailler Compétition de se frayer un chemin jusqu'à l'ultime confrontation du meeting. Auteur d'une stratégie de course pour le moins parfaite, Jonathan Pailler a su inverser le cours des événements pour aller se saisir de la 5sup>e place de cette dernière course du championnat de France 2018.

Fabien Pailler - Peugeot 208 AXEL FERMETURES - INTERMARCHÉ Carte Carburant Pro

« Cette première sortie aux commandes de notre nouvelle Peugeot 208 WRX s'est avérée pour le moins concluante. Nos performances établies sur un tour lancé nous ont permis de jouer les premiers rôles tout au long du meeting. Sans doute qu'avec un peu plus d'agressivité de ma part sur les deux premiers virages du circuit, nous aurions pu revendiquer la première place du classement intermédiaire à l'issue des qualifications mais le plus important pour nous était de préparer 2019 dans les meilleures conditions. Pour ce faire, accumuler les kilomètres et découvrir toute l'étendue des réglages offerts par cette nouvelle Peugeot 208 constituaient notre principal objectif. Malheureusement, j'ai fait les frais de l'attitude inacceptable d'un autre pilote en Q4. La charge était suffisamment violente pour endommager sérieusement le train arrière de la 208. Malgré tout, et en dépit d'une 9e place à l'issue des qualifications, j'ai réussi à revenir dans le match pour arracher la deuxième marche du podium. Même si je pense que nous avions largement les moyens de jouer la victoire sur cette piste de Dreux, ce résultat est une bonne chose pour toute notre équipe tandis que que nos performances nous permettent de basculer vers l'intersaison avec de sérieuses ambitions en vue de 2019. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays - AXEL Fermetures

« Si je n'avais plus aucun objectif en vue du classement général, cette dernière épreuve de Dreux constituait une belle occasion de briller une dernière fois avant de refermer le chapitre de cette saison 2018. Cependant, mon entame de meeting ne s'est pas déroulée comme escomptée. J'ai eu quelques difficultés à m'arracher de la grille lors de la première journée de compétition et se battre dans le trafic n'est pas la meilleure option pour signer des chronos de premier choix. Néanmoins, j'ai réussi à redresser la barre à compter de la Q3. Cette fois, mon envol fut suffisamment efficace pour m'assurer du troisième meilleur temps absolu tandis que mes chronos sur un tour lancé se sont améliorés. Cela m'a permis de me relancer pour aborder les phases finales avec confiance et pour décrocher une nouvelle qualification pour l'ultime Top 8. Terminer notre programme 2018 en plaçant nos deux voitures parmi le Top 5 est un résultat plus que satisfaisant. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Fabien s'offre un podium à Mayenne

Fabien Pailler n'a pas manqué son retour sur la scène du championnat de France de Rallycross. Avant de prendre les commandes de la nouvelle Peugeot 208 en vue de la dernière ligne droite de la saison 2018, le champion de France en titre est allé se saisir de la troisième marche du podium sur la piste de Mayenne. De son côté, Jonathan Pailler s'est employé à poursuivre le développement de la nouvelle arme de la structure Pailler Compétition.

Fabien Pailler ne pouvait sans doute pas imaginer meilleure conclusion à son parcours au volant de la Peugeot 208 double championne de France de Rallycross. Sur le circuit de Mayenne, le pilote aux couleurs d'Axel Fermetures et Intermarché Carte Carburant Pro s'est employé à piquer au vif les 27 pilotes alignés sur le circuit Maurice Forget. Auteur du deuxième meilleur temps absolu de la Q1, son parcours s'est sacrément compliqué au terme d'un accrochage en Q2. Pas de quoi empêcher celui qui ne pointait qu'à la sixième place du classement intermédiaire de se faire une place parmi les finalistes tout en revendiquant la troisième marche du podium.

Pour Jonathan Pailler, cette étape de Mayenne fut une occasion de balayer l'étendue des réglages disponibles sur sa nouvelle Peugeot 208 tout droit issue du championnat du Monde de Rallycross. Sur une piste en constante évolution à compter d'une deuxième manche qualificative disputée sous les averses, le pilote SALAÜN Holidays / AXEL Fermetures s'est employé à mesurer le potentiel de son nouveau jouet. Tantôt installé parmi les pilotes les plus efficaces du week-end, tantôt en recherche du meilleur équilibre sur un circuit délicat à négocier, rien n'a pourtant pu stopper Jonathan de se frayer un chemin jusqu'au cinquième rang de la finale.

Fabien Pailler - Peugeot 208 AXEL FERMETURES - INTERMARCHÉ Carte Carburant Pro

« Potentiellement, nous avions la vitesse pour gagner ce week-end. Néanmoins, Antoine Massé roulait tellement vite depuis la Q1 qu'il aurait été compliqué d'aller le chercher à la régulière. Avec ce podium, je pense pourtant que nous sommes à notre place et que le résultat est cohérent avec nos chronos alignés ce week-end. Après ce qui nous est arrivés en Q2, on revient d'autant plus loin que les conditions de piste en Q4 étaient une catastrophe. Même en partant depuis la série réunissant les pilotes les plus rapides du week-end, il n'y avait pas grand chose à attendre tant la piste s'est dégradée. Cela nous a fait rétrograder au classement intermédiaire tout en nous plaçant dans une position peu idéale avant les demi-finales. Autant dire que compte tenu de la physionomie du week-end, je ne peux pas réellement me plaindre de cette troisième marche du podium. Avant de passer aux commandes de la nouvelle Peugeot 208 ex-Peugeot Sport en vue de cette fin de saison 2018, offrir un dernier podium à cette voiture qui m'a permis de glaner deux titres de champion de France est une sacrée preuve que notre équipe a su produire un excellent boulot au cours de ces dernières saisons. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays - AXEL Fermetures

« Les conditions étaient loin d'être simples. Pour la deuxième fois consécutive après Kerlabo, nous avons eu droit à une météo compliquée et à des conditions de piste en constante évolution. À vrai dire, j'aurais sans doute préféré pouvoir enfin tester tout le potentiel de cette Peugeot 208 ex-Peugeot Sport sur un revêtement uniforme plutôt que sur une piste aussi compliquée à appréhender. Certes, le résultat final n'est pas à la hauteur de mes espérances car je pense qu'il y avait mieux à faire ce week-end mais, dans l'ensemble, cela nous a aussi permis de travailler et de récolter des données que nous allons pouvoir analyser pour la suite de la saison tout en préparant 2019 avec de sacrés arguments sous le coude. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pas récompensé à Lohéac

Si Davy Jeanney et Fabien Pailler avaient pour tâche de défendre les couleurs de la structure Pailler Compétition devant les 80 000 fans massés autour du circuit de Lohéac lors de l'étape française des séries FIA World RX et FIA Euro RX le week-end dernier, charge est de reconnaître que les deux hommes n'auront clairement pas eu la réussite escomptée en Bretagne.

De retour à la compétition après de longs mois d'absence dans les paddocks du championnat du Monde, Davy Jeanney retrouvait en Bretagne une monture qu'il connaît bien pour avoir côtoyé durant la saison 2016 le binôme Sébastien Loeb/Timmy Hansen sous les couleurs de Peugeot Sport. À court de rythme et de compétition, le pilote tourangeau n'est malheureusement pas parvenu à valider sa qualification pour les phases finales lors de cette épreuve phare du FIA World RX.

De son côté, Fabien Pailler avait magnifiquement entamé son meeting sur la scène de la série Euro RX en se positionnant d'entrée de jeu comme un candidat légitime à un ticket pour le Top 12. Performant lors des deux sessions d'essais libres, le double champion de France Supercar signera un probant 9e temps en Q1 au milieu des meilleurs spécialistes du vieux-continent avant qu'un contact dès les premiers mètres de la Q2 ne se charge d'annihiler définitivement ses chances de rallier les phases finales.

Davy Jeanney - Peugeot 208 WRX - SALAÜN Holidays / AXEL Fermetures

« Je savais avant cette épreuve qu'il m'aurait été compliqué de pouvoir jouer un Top 10 parmi les meilleurs spécialistes du championnat du Monde FIA. Après avoir passé autant de temps à l'écart de la compétition, je manquais cruellement de rythme et de repères pour espérer un meilleur résultat. À ce niveau de la compétition, ce sont des éléments qui ne pardonnent pas. Cependant, et même si cette Peugeot 208 version 2016 aurait sans doute pu me permettre de jouer les premiers rôles dans les rangs du championnat d'Europe plus que dans ceux du championnat du Monde, je ne regrette pas ma participation à cette épreuve. J'ai pris énormément de plaisir au volant de cette voiture et je suis heureux d'avoir pu partager des moments privilégiés avec le nombreux public présent à Lohéac qui n'a eu de cesse de m'encourager tout au long du week-end. »

Fabien Pailler - Peugeot 208 Pailler RX - AXEL Fermetures / Intermarché Carte Carburant

« C'est forcément une déception car je pense que notre voiture avait le potentiel pour se qualifier sans trop de difficultés pour les phases finales. Nos chronos étaient plutôt prometteurs sur cette piste de Lohéac et, alors que nous étions en bonne voie pour confirmer nos performances du week-end, la deuxième manche qualificative nous a contraint à devoir remiser nos ambitions à plus tard en raison d'un contact involontaire avec la Peugeot 208 d'Andréa Dubourg. Dans le choc, son alimentation électrique s'est coupée et nous sommes tous les deux restés sur le carreau avant que Peter Hedström ne me heurte sans trop de ménagement. À partir de là, et avec une piste copieusement arrosée en Q3, je savais mes chances de remonter dans la hiérarchie comme quasi-nulles. En partant dans la première série du dimanche matin et avec une piste qui s'améliorait à chaque départ au rythme d'une seconde pleine par tour, il n'y avait plus grand chose à espérer de cette épreuve. Cela fait partie du jeu en Rallycross mais nos chronos ont prouvé que nous n'avions pas grand chose à envier aux meilleurs spécialistes de la série Euro RX sur une piste telle que Lohéac. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Davy Jeanney et Fabien Pailler à l'assaut de LOHÉAC

À seulement quelques jours du rendez-vous de l'année Rallycross sur un circuit de Lohéac où plus de 70 000 spectateurs seront attendus lors du premier week-end de septembre, Davy Jeanney et Fabien Pailler feront partie des deux heureux élus qui se chargeront de porter haut les couleurs de la structure Pailler Compétition dans les rangs du championnat du Monde FIA et du championnat d'Europe Supercar Euro RX.

Avec deux victoires à son actif dans les rangs du championnat du Monde de Rallycross, Davy Jeanney sera assurément l'attraction du week-end. Ancien pilote officiel Peugeot Sport en 2015 et 2016, l'ancien équipier de Sébastien Loeb a pris la décision de s'associer à la structure Pailler Compétition en vue de la 8e étape du FIA World RX.

Soit un renfort de choix pour l'équipe la plus titrée du Rallycross tricolore qui lui confiera à cette occasion la nouvelle Peugeot 208 WRX version 2016 issue de la firme Peugeot Sport avec laquelle Sébastien Loeb est parvenu, notamment, à décrocher sa première victoire en carrière en championnat du Monde de Rallycross.

De son côté, Fabien Pailler retrouvera pour sa part les rangs du championnat d'Europe Euro RX. Aligné aux commandes de la Peugeot 208 qui lui a permis de glaner à l'automne dernier son deuxième titre de champion de France Supercar, Fabien Pailler sait qu'il disposera d'une excellente carte à jouer. Positionné au sein du Top 5 la saison dernière à l'issue des quatre manches qualificatives, Jonathan Pailler avait démontré sur cette même piste que la 208 Pailler Compétition avait quelques sérieux arguments à mettre en évidence sur le tracé de Lohéac.

#17 Davy Jeanney // Peugeot 208 WRX SALAÜN Holidays - AXEL Fermetures

« C'est un réel plaisir que de rejoindre l'équipe Pailler Compétition pour cette épreuve. À vrai dire, je ne pouvais pas rêver meilleure voiture pour aller me confronter au gratin du championnat du Monde FIA. À titre personnel, je n'ai pas de pression particulière. Je ne suis pas là pour malmener la voiture mais pour prendre du plaisir. Mon objectif, c'est d'essayer de me montrer performant tout en étant soigneux et propre dans mon pilotage. Compte tenu du niveau du championnat du Monde qui est plus que relevé cette année, parvenir à accrocher une qualification pour les demi-finales serait déjà une excellente performance. Avec 25 pilotes au départ, atteindre le Top 12 à l'issue des quatre manches qualificatives s'annonce tout sauf facile. Néanmoins, avant de penser aux demi-finales, il faudra d'abord éviter les embrouilles du premier virage et faire en sorte de miser sur une fiabilité optimale durant les quatre runs qui seront au programme. »

#20 Fabien Pailler // Peugeot 208 Pailler RX AXEL Fermetures - Intermarché Carte Carburant

« C'est un véritable honneur que de pouvoir nous aligner sur une épreuve aussi prestigieuse que cette étape du championnat du Monde FIA de Rallycross. Lohéac est une course que l'on attend avec impatience chaque année et je suis ravi à l'idée de pouvoir faire équipe avec un pilote tel que Davy Jeanney. Même si nous n'évoluerons pas ensemble sur la piste (Davy est engagé en World RX, Fabien en Euro RX), son expertise du haut niveau et sa connaissance des Peugeot 208 WRX officielles en font un atout sans guère d'égal pour notre équipe. De mon côté, je pense que nous aurons également une très belle carte à jouer à Lohéac. On sait à quel point le championnat d'Europe de Rallycross est relevé mais les performances alignées la saison dernière par Jonathan sur le sec comme sur le mouillé nous permettent d'aborder cette épreuve avec confiance. Comme toujours, le format de la compétition et la trentaine de pilotes engagés sur cette épreuve impliquent une fiabilité évidente sur le plan technique tandis que la prise sur la piste doit être calculée au millimètre près si nous souhaitons valider une qualification pour les phases finales. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition impressionne à Kerlabo

De retour à la compétition lors de cette septième étape du championnat de France de Rallycross disputée sur ses terres de Kerlabo, la structure Pailler Compétition s'est employée à marquer les esprits. Si la lutte pour la plus haute marche du podium était largement dans les cordes de l'équipe multiple championne de France, la réussite ne fut en revanche pas à la hauteur de la pointe de vitesse dont auront su faire preuve Fabien et Jonathan Pailler.

    • Positionné aux commandes de la nouvelle Peugeot 208 WRX, Jonathan Pailler a pulvérisé le record du circuit sur piste sèche en 33,184 avant de réaliser la deuxième meilleure performance brute sur piste humide en 36,389.

    • Jonathan et Fabien Pailler ont remporté deux des quatre manches qualificatives au programme.

    • Tous deux éjectés de la trajectoire sur le premier virage de la demi-finale, seul Fabien Pailler parviendra à rallier la finale au prix d'une improbable remontée.

    • Sur les quatre manches qualificatives, les pilotes Pailler Compétition se seront attribués à quatre reprises consécutives le gain du record du tour.

Cette étape de Kerlabo marquait pour la structure Pailler Compétition son entrée dans une toute nouvelle ère. Désormais armée d'une Peugeot 208 WRX version 2016 confiée à Jonathan Pailler, le pilote aux couleurs de SALAÜN Holidays et AXEL Fermetures se sera permis de marquer d'entrée de jeu son territoire en survolant la première journée de compétition.

À vrai dire, personne n'aura été en mesure de se hisser à hauteur de Jonathan Pailler sur le plan de la vitesse pure. Vainqueur de la Q1, il collait 2 dixièmes à son plus proche adversaire sur son meilleur tour lancé avant de pulvériser le record du circuit au terme de la Q2 en reléguant à quatre dixièmes son premier poursuivant dans cet exercice. Si la pluie est venue perturber le cours du meeting à l'entame de la deuxième journée de compétition, ce fut au tour de Fabien Pailler de se mettre en évidence. Vainqueur de la Q3, ce dernier signait à nouveau le meilleur tour en course tout en parvenant à compléter le Top 5 du classement intermédiaire à l'issue des quatre manches tandis que Jonathan Pailler échouait à une petite unité de la première place.

Hélas pour les deux hommes, le coup d'envoi des phases finales ne leur permettra pas de conforter leur pointe de vitesse. Tous deux harponnés sur le premier virage de la demi-finale, seul Fabien Pailler parviendra à décrocher in-extremis son ticket pour l'ultime Top 8 en dépit des 8 secondes qu'il aura laissé échapper lors du premier tour. D'une victoire qui lui tendait assurément les bras, c'est avec une cinquième place finale à mettre à l'actif de Fabien Pailler que la structure Pailler Compétition mettait un terme à son effort dans les Côtes d'Armor.

#4 Jonathan Pailler - Peugeot 208 WRX SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures

« Forcément, c'est une sacrée déception que de ne pas avoir été en mesure de défendre nos chances après cet incident survenu sur le premier virage de la demi-finale. Néanmoins, que ce soit sur piste sèche ou sur piste humide, je crois que les chronos que nous avons pu aligner sont suffisamment éloquents pour cerner le potentiel de la nouvelle arme que nous avons désormais entre les mains. Il nous aura juste manqué ce petit brin de réussite pour concrétiser notre vitesse par un résultat de premier choix. Le comportement de cette Peugeot 208 est assurément diabolique. À aucun moment je n'ai eu à forcer mon jeu durant ce premier week-end à son volant. À l'échelle de la structure Pailler Compétition, il s'agit d'un investissement conséquent qu'il n'aurait pas été possible de réaliser sans l'aide de nos partenaires. À l'issue de cette première sortie en compétition, on ne pourra que souligner l'excellence de Peugeot Sport pour nous avoir livré une monture en tous points conforme à son potentiel affiché sur le papier. Désormais, nous pouvons nous tourner sereinement vers la dernière ligne droite de cette saison 2018 avec la ferme intention de jouer les premiers rôles. »

#1 Fabien Pailler - Peugeot 208 Supercar AXEL Fermetures // INTERMARCHÉ Carte Carburant

« Je reste un peu sur ma faim. Sans cet accrochage sur le premier virage en demi-finale, je pense sincèrement que nous disposions de la vitesse pour nous imposer sur cette épreuve de Kerlabo. Je connais ce circuit sur le bout des doigts et nos chronos prouvent que nous avions le recul nécessaire pour adapter les réglages de la voiture au fur et à mesure de l'évolution de la piste. Le point positif, c'est que cette Peugeot 208 que nous utilisons depuis Abbeville est toujours aussi compétitive. Je suis parvenu à remonter dans la hiérarchie de ma demi-finale après cet accrochage pour arracher mon ticket pour le dernier Top 8 mais je partais assurément de trop loin sur la grille pour espérer mieux qu'une simple cinquième place à l'arrivée de la finale. Outre les projections de boue et d'eau qui ont ralenti ma progression en début de course tandis que je me suis fait surprendre à deux reprises par le niveau de grip dans la grande parabolique du circuit. Dès lors, l'objectif fut avant tout de ramener la voiture à bon port sans prendre de risques inconsidérés. Le résultat est un peu décevant car, sans cet accrochage au départ de la demi-finale, je pense que la victoire était clairement dans nos cordes. Cependant, nos prestations collectives sur le plan de la vitesse pure tendent à prouver que nous sommes plus que jamais dans le match. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Le podium à portée de fusil

Alors que l'épreuve de Lavaré marquait la dernière sortie de la structure Pailler Compétition dans les rangs du championnat de France de Rallycross avant de prendre possession de la nouvelle Peugeot 208 WRX version 2016, Jonathan et Fabien Pailler ont de nouveau trouvé le moyen de se mettre en évidence dans la Sarthe le week-end dernier.

Sous de fortes températures et sur un circuit marqué par un arrosage permanent pour tenter de calmer l'épaisse poussière qui aura fait en sorte de perturber le déroulement de la première journée de compétition, Jonathan et Fabien Pailler se seront heurtés à des fortunes diverses. D'un Fabien Pailler ralenti en Q1 et qui ne parviendra pas à accrocher un premier wagon pourtant décisif sur une piste dont les premières séries furent à chaque fois altérées par une piste moins rapide à un Jonathan Pailler auteur de solides runs et capable d'aligner des chronos de premier choix, pareille donne n'aura pourtant pas empêché les deux pensionnaires de la structure Pailler Compétition de rallier l'ultime finale du meeting sans guère de difficultés.

« J'ai pris un excellent départ qui m'a permis de franchir le premier virage en troisième position en finale. Cependant, le moteur s'est rapidement mis sur trois cylindres et j'ai vite compris qu'il m'aurait été compliqué que de maintenir mon tempo habituel, » indiquait un Jonathan Pailler qui n'aura pas été en mesure d'aller au bout de son effort et d'ainsi confirmer sa troisième place obtenue au terme des quatre manches qualificatives.

« La vitesse était une nouvelle fois bien présente même si notre voiture ne peut pour l'instant pas nous offrir autre chose qu'un simple statut d'outsider. Je prends du plaisir derrière le volant et les chronos viennent plutôt naturellement. J'essaie toujours d'attaquer un maximum et mon approche porte ses fruits même s'il est toujours regrettable que de ne pas parvenir à concrétiser cela en finale par un résultat de premier choix qui suffirait à récompenser tous les membres de notre équipe pour toute l'énergie qu'ils investissent autour de notre projet depuis l'hiver dernier. Désormais, nous allons profiter de ce mois de juillet pour préparer l'arrivée de la Peugeot 208 ex-Peugeot Sport dans les meilleures conditions possibles. »

Pour Fabien Pailler, la mise en route fut plus longue qu'à l'accoutumée à se concrétiser. Crédité d'un 17e temps lors d'une première manche qualificative durant laquelle il fut littéralement noyé sous une épaisse poussière, il décrochera un neuvième temps en Q2 en dépit d'une piste difficile à exploiter en raison du manque de grip dû à l'arrosage tandis qu'il profitait de la Q3 pour enfin signer son retour au sein d'un premier wagon du Supercar bénéficiant de conditions de piste bien plus propices à la performance.

« Il y avait tellement de poussière durant la première manche qualificative que je n'ai pas eu d'autres choix que de rouler au ralenti. D'ailleurs, un pilote a sérieusement détruit sa monture au sein de ma série pour les raisons évoquées plus haut. Honnêtement, je n'avais pas envie de prendre de risques après mes problèmes rencontrés lors de la demi-finale de Faleyras. Pour le reste, il m'a fallu gérer tranquillement mon effort sans franchir la fameuse ligne jaune. Avec une première manche aussi compliquée, je me savais contraint de devoir poursuivre le meeting avec des positions de départ loin d'être idéales pour dire de décrocher des chronos intéressants sur une piste où la motricité tendait à s'améliorer de manière drastique au fur et à mesure des séries. Cependant, j'ai progressivement réussi à remonter dans la hiérarchie pour aligner des temps en tous points conformes à ceux signés par Jonathan en fin de meeting. J'ai pu réaliser une belle demi-finale et obtenir mon ticket pour l'ultime Top 8. Malheureusement, une alerte survenue avant la finale m'a empêché de poursuivre plus loin mon effort sur cette piste de Lavaré. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition met la main sur une Peugeot 208 WRX ex-Loeb

Équipe la plus titrée de l'histoire du Rallycross tricolore, la structure Pailler Compétition a choisi de passer à la vitesse supérieure en mettant la main sur une Peugeot 208 ex-officielle construite et développée dans les ateliers de Peugeot Sport pour le compte du championnat du Monde de Rallycross.

Après une troisième et une quatrième places obtenues sur la scène du championnat de France de Rallycross cette saison, les hommes de la structure Pailler Compétition disposeront à compter des prochaines semaines d'une nouvelle arme directement en provenance de Peugeot Sport. En effet, l'équipe multiple championne de France pourra s'appuyer sur une 208 WRX version 2016 avec laquelle Timmy Hansen et Sébastien Loeb auront décroché durant ce même exercice pas moins de deux victoires pour un total de dix podiums.

S'il s'agit d'une initiative 100 % privée, la structure Pailler Compétition disposera d'une monture au potentiel indéniable pour jouer la victoire sur chacune de ses sorties prévues sur la scène du championnat de France lors de la deuxième partie de saison 2018.

« Si les Peugeot 208 que nous avions à disposition jusqu'ici ont toujours brillées par leur efficacité en piste, nous nous devions de passer à la vitesse supérieure, » estime Jean-Luc Pailler.

« Depuis le coup d'envoi de cette saison 2018, notre structure était obligée de lutter face à une dizaine de voitures directement issues du championnat du Monde et du championnat d'Europe de Rallycross. Si les performances de nos voitures en termes de vitesse pure nous ont prouvées que nous pouvions toujours revendiquer les premiers rôles, en revanche, la marge de manœuvre dont nous pouvions bénéficier jusqu'ici s'est réduite. C'est la raison pour laquelle il nous fallait opérer cette montée en gamme pour maintenir nos objectifs de victoire avec la même assise que depuis les premiers pas de notre structure au niveau professionnel. Avec une monture directement issue des ateliers de Peugeot Sport, nous avons la garantie de pouvoir nous élancer chaque week-end sur un même pied d'égalité que nos concurrents. »

Si aucune date précise n'a pour le moment été communiquée quant à l'entrée en compétition effective de la nouvelle arme de la structure Pailler Compétition, Jean-Luc Pailler ne cachait pas son plaisir à l'idée d'avoir jeté son dévolu sur l'une des montures parmi les plus convoitées de la scène continentale.

« C'est une réelle fierté que de pouvoir poursuivre notre aventure en Rallycross au volant des véhicules de la marque Peugeot, et ce, même si nous ne bénéficierons d'aucun soutien de sa part du constructeur. »

À noter que Fabien et Jonathan Pailler reprendront la route du championnat de France dès ce week-end sur le circuit de Lavaré pour la cinquième étape de la saison 2018 au volant de leurs montures habituelles.

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Jonathan Pailler aux portes d'un deuxième podium

Après un premier podium obtenu par Jonathan Pailler quinze jours plus tôt sur la piste de Châteauroux, la structure Pailler Compétition n'est pas passée loin de doubler la mise sur le circuit de Faleyras le week-end dernier.

Entre un Fabien Pailler en manque de réussite dans le Berry et qui parviendra à accrocher le meilleur temps absolu des essais libres à Faleyras et un Jonathan Pailler qui occupait le rang de deuxième meilleur performer du Supercar en termes de vitesse pure à l'issue de la première journée de compétition, les Peugeot 208 de la structure Pailler Compétition affichaient un niveau de compétitivité évident face à la dizaine de montures directement issues des séries World RX et Euro RX.

Deuxième de la première manche qualificative, Jonathan Pailler aura été le pilote le plus en vue du week-end sur le circuit de Faleyras. Avec un Top 8 et un Top 6 à son actif pour conclure son parcours, le pilote aux couleurs de SALAÜN Holidays et AXEL Fermetures décrochait son ticket sur la première ligne de la demi-finale pour confirmer, quelques instants plus tard, son statut de candidat au podium en coupant la ligne d'arrivée à la deuxième place.

Toujours positionné sur le couloir extérieur de la première ligne en finale, Jonathan Pailler profitera d'un excellent envol pour conserver sa troisième place durant l'essentiel de la course. Auteur d'une excellente stratégie dans le joker lap pour contrer le retour de la Peugeot 208 d'Antoine Massé, Jonathan ne pourra malheureusement pas résister à une attaque du dernier cité en fin de course. La faute à des coupures moteur qui se chargeront d'altérer la performance du pilote Pailler Compétition.

Pour sa part, Fabien Pailler se sera heurté à une nouvelle épreuve compliquée sur la piste de Faleyras. Capable de rivaliser avec les favoris sur un tour lancé, le champion de France en titre aura alterné le bon et le moins bon durant des qualifications desquelles il ne ressortira qu'au 13e rang. Pas de quoi empêcher ce dernier de déjouer les pronostics en demi-finale. Positionné parmi le Top 4 qualificatif pour la grande finale, le pilote de la Peugeot 208 partait à la faute dans le joker lap contraignant ce dernier à un abandon définitif.

#4 Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays / AXEL Fermetures

« Après Châteauroux, nous n'étions vraiment pas loin de signer un nouveau podium. C'est forcément une déception que de n'avoir pas été en mesure de conserver cette troisième place en finale mais il m'aura manqué quelques détails pour y parvenir. Le niveau de compétitivité de ce championnat de France 2018 est tel que la moindre erreur se paye désormais cash. À tel point que la marge de manœuvre dont on pouvait bénéficier jusqu'ici derrière le volant n'existe plus. Il faut être à 110 % en permanence. Néanmoins, nous repartons de Faleyras avec quelques motifs de satisfaction évidents puisque nous avons tenu la dragée haute aux montures issues du championnat du Monde FIA, chose qui n'était pas si simple que cela sur une piste aussi sélective que Faleyras. C'est un bon point pour notre équipe même si nous aurions assurément préféré conclure cette course par un nouveau podium. Cela laisse tout de même augurer de belles choses en vue de la prochaine épreuve de Lavaré. »

#1 Fabien Pailler - Peugeot 208 AXEL Fermetures / Intermarché Carte Carburant

« En dépit d'une entame de meeting qui nous a permis de confirmer la pointe de vitesse de nos voitures, les qualifications se sont révélées plus difficiles me concernant. Si j'ai réussi à signer quelques performances de premier choix, je ne suis en revanche jamais parvenu à faire preuve d'une régularité suffisante durant les quatre manches au programme. J'ai eu à négocier avec quelques ennuis techniques qui ont altéré ma performance globale mais j'ai tout de même réussi à inverser la vapeur lors d'une demi-finale où j'avais clairement ma qualification pour l'ultime Top 8 en poche. Cependant, le rythme de la course était tellement relevé que je n'avais absolument aucune marge de manœuvre. Ma liaison radio ne fonctionnait plus en demi-finale et je n'ai pas entendu les informations de mon spotter qui m'indiquait que ma qualification était sous contrôle. Je pensais être sous la menace de mon premier poursuivant et, en conséquence, j'ai voulu en mettre un peu plus qu'à l'accoutumée dans un joker lap que j'ai pris dans le dernier tour dans le sillage de deux autres voitures. Malheureusement, je n'y voyais pas grand chose dans la poussière et j'ai mal positionné ma 208 en entrée de courbe et je me retrouvé légèrement hors trajectoire. À cet endroit, il s'agit d'une erreur qui ne pardonne pas et ce fut suffisant pour mettre un terme à mes ambitions. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


< Page précédente - Page 1/14 - Page suivante >