Rallycross RX Team

Jean-Luc harponné en Finale C…

Pour cette septième manche du championnat d'Europe de Rallycross, l'équipe Pailler Compétition avait rendez-vous le week-end dernier avec la traditionnelle étape estivale de la Butte du Diable de Maasmechelen, en Belgique. Comme en 2011, Jean-Luc Pailler faisait équipe avec l'icône belge du sport automobile, François Duval. Si le pilote belge échouait en finale B, alors qu'il était en route vers une qualification pour la grande finale, Jean-Luc Pailler allait quant à lui subir les foudres du départ de la finale C.

Installé dans le Top 10 dès les premiers essais du week-end, le pilote de la Peugeot 207 entamait parfaitement son meeting. Neuvième des essais libres pendant que François Duval s'emparait du meilleur chrono sur la seconde Peugeot 207 de la structure « Pailler Compétition », le pilote Salaün Holidays améliorait sa performance lors des essais chronométrés, en signant le 7e temps dans le sillage direct de Frode Holte.

Malheureusement, un contact en Q1 emportait le pouce du multiple champion de France, qui sera forcé de ralentir le temps d'un tour tellement la douleur fut vive. Victime d'un retour de volant, certainement que Jean-Luc n'avait pas envisagé de débuter les premières joutes du week-end sur une note aussi douloureuse. À la sortie de la Peugeot 207 aux couleurs d'Intermarché et d'Axel Fermetures, c'est avec un doigt qui avait doublé de volume, et un 15e temps à la clé, que Jean-Luc concluait sa première journée.

« Mon pouce m'a énormément fait souffrir tout au long du week-end. J'ai pris un retour de volant en première manche et la douleur était tellement vive que j'ai dû relâché mon rythme pendant un tour. C'est dommage parce que sans cela, je pouvais prétendre à un 7e temps qui aurait pu nous permettre de nous placer dans des conditions idéales pour la suite du meeting. En seconde manche, j'ai signé le quinzième temps, mais il a fallu que je m'habitue à conduire avec cette main gauche qui m'empêchait d'avoir un contrôle total sur le volant. Ce fut beaucoup mieux en troisième manche, où j'ai remporté facilement ma série, mais dans les derniers tours, un injecteur s'est grippé et m'a coûté un temps précieux. » expliquait Jean-Luc à l'issue de la course.

Alors qu'une première ligne de Finale B se profilait pour Jean-Luc au départ de la première manche qualificative, le pouce douloureux du multiple champion de France tournait au supplice à chaque changement de rapports de vitesses. Privé d'une main gauche à même d'assurer un contrôle optimal sur le volant, le pilote Salaün Holidays espérait surtout ne pas subir les foudres d'un peloton déchaîné.

Qualifié sur la première de la finale C aux côtés de l'actuel troisième du championnat d'Europe de Rallycross, Alexander Hvaal, le pilote Pailler Compétition ressortait au même niveau que le pilote norvégien à la sortie d'une première courbe du Duivelsberg toujours très délicate à négocier.

Parti pour s'emparer d'une des deux places qualificatives pour la finale B, Jean-Luc se faisait proprement harponner par un Peter Hedstrom qui emportait également la Citroën C4 de Hvaal dans la manoeuvre. Si les deux hommes étaient contraints à un abandon pour le moins précoce, Jean-Luc voulait néanmoins retenir l'excellente tenue des Peugeot 207 « Pailler Compétition » sur le technique tracé du Duivelsberg de Maasmechelen.

En effet, la bonne prestation de François Duval demeure un des moments forts du week-end. Passé tout près d'un accès direct pour la finale A dès l'issue des manches qualificatives, l'ancien pilote officiel Ford et Citroën en championnat du Monde des Rallyes menait la finale B, non sans avoir signé un excellent départ, qui plaçait l'homme de Cul-des-Sarts aux commandes de la course. Malheureusement, c'est une panne improbable qui stoppait le vainqueur de l'édition 2005 du Rallye d'Australie, à quelques boucles seulement de couper la ligne d'arrivée.

« Le point positif de cette course reste que la voiture s'est très bien comportée en nous permettant de signer de très bon départs. En revanche, je suis un peu déçu pour François qui menait la finale B avant qu'une bougie n'en décide autrement. On ne peut qu'être satisfait de son niveau de performance car il était dans le rythme tout le week-end en signant le meilleur chrono des essais libres. On a clairement manqué de réussite, mais ce qui est sûr, c'est qu'avec un pouce dans cet état, je ne pourrai pas rouler en Hollande le week-end prochain. » assurait Jean-Luc.

Déjà tournée vers la manche phare de Lohéac et de ses 40 000 spectateurs, l'équipe Pailler Compétition est déjà à pied d’oeuvre afin de préparer dans les meilleures conditions une des épreuves les plus importantes de la saison, au sein de laquelle Fabien et Jonathan Pailler tenteront de se distinguer à nouveau.

Auteur : Nicolas DUBERNARD



Télécharger le communiqué…


< Page précédente - Page / - Page suivante >