Rallycross RX Team

Confirmation et Top 3 en vue !

Après son épopée victorieuse sur le tracé de Kerlabo à la fin du mois de juillet, Jonathan Pailler avait rendez-vous le week-end dernier sur le tracé de Lohéac, pour la 7e manche de la Coupe de France de Division 3. Et pour la quatrième fois consécutive cette saison, le pilote soutenu par Salaün Holidays a confirmé son rang d’homme fort de la catégorie, en obtenant une nouvelle qualification sur la première ligne de la finale A, au milieu des deux leaders, Christophe Saunois et Marc Morize.

Il faut dire que le pilote aux couleurs d’Intermarché Carburant Pro et d’Axel Fermetures n’a pas fait de détails. D’entrée de jeu, Jonathan retrouvait le bon tempo en se qualifiant pour la SuperPôle, seul exercice que le sociétaire de la structure Pailler Compétition n’avait pas remporté cette saison. Un « oubli » que le pilote de la Peugeot 206 allait rapidement rectifier. Meilleur temps de la SuperPôle, Jonathan empochait les trois points réservés au pilote le plus rapide.

Le reste du meeting allait se dérouler sur des bases similaires, faisant, comme à l’accoutumée, jeu égal avec le duo Christophe Saunois/Marc Morize. Avec trois manches qualificatives conclues à chaque fois parmi le Top 3, Jonathan héritait logiquement d’une place sur la première ligne de la finale A, pour la quatrième fois de la saison.

Et comme à Kerlabo quatre semaines plus tôt, le pilote Salaün Holidays était le plus prompt à se mettre en action à l’extinction des feux. En tête sur les premiers mètres, ce dernier manquait le troisième rapport, permettant à Saunois et Morize de combler immédiatement l’écart.

Mais la première courbe allait être fatale au pilote Pailler Compétition. Alors qu’il se présentait au même niveau que ses deux adversaires sur le virage 1, l’agitation du peloton envoyait Christophe Saunois dans le bac à sable, et écartait Jonathan de la trajectoire. Sixième à l’issue du premier tour, ce dernier jetait ses dernières forces dans la bataille pour dépasser Stéphane Dréan, et ainsi remonter d’une place dans la hiérarchie d’une finale A dont les positions ne bougeront plus.

Si la déception était vive pour Jonathan à l’arrivée, les motifs de satisfaction demeurent nombreux pour celui qui est sur le point de conclure sa première saison complète dans les rangs du championnat de France de Rallycross. De sa victoire lors de la SuperPôle, à sa quatrième qualification successive sur la première ligne de la finale A, le pilote Salaün Holidays prouve qu’il faudra encore compter avec lui jusqu’au terme du championnat.

De plus, en dépit d’une cinquième place devant les 40 000 spectateurs de Lohéac, Jonathan n’est plus qu’à quatre petites unités de la troisième place détenue par Florent Béduneau et sa Mini au classement général. Certainement que l’épreuve de Mayenne pourrait être une opportunité dont pourrait se saisir le pilote Pailler Compétition pour s’assurer d’une position de choix en vue de la fin de saison.

« Au final, le bilan n’est pas si mauvais. Nous revenons à quatre points de la troisième place au classement général. Nous avons un petit peu perdu de temps en début de meeting lorsque nous avons dû changer la boîte de vitesses. Nous n’avions pas exactement les mêmes rapports de boîte, donc cela m’a demandé un petit temps d’adaptation à mon retour en piste. Heureusement, tout est rapidement rentré dans l’ordre puisque je suis arrivé à remporter la SuperPôle » explique Jonathan, tout en revenant sur le déroulement de ses séries qualificatives :

« Des qualifications parfaites auraient été de parvenir à signer la pole position devant Marc Morize et Christophe Saunois. Mais cela vient également de moi, car si j’arrive à signer de très bons temps sur un tour, il me manque encore un peu de régularité pour reproduire cela sur les quatre ou cinq tours que comptent une série qualificative. Il va falloir que je travaille là-dessus sur les dernières courses pour tenter d’amasser le plus de points possible d’ici le terme du championnat. »

« En finale, je ne sais pas si c’est moi qui ait manqué le changement de rapport ou si c’est la vitesse qui n’est pas passé, toujours est-il que ce petit contre-temps nous coûte certainement un podium, voire même une victoire puisque j’étais le plus rapide sur les premiers mètres. Je pense en tout cas que sans le carambolage du départ qui m’écarte de la bonne trajectoire, il y avait de gros points à prendre. Mais cela fait partie du Rallycross. De plus, je prends la cinquième place avec un train arrière tordu, ce qui prouve que la voiture conserve une grande partie de son efficacité même dans un contexte aussi compliqué. » conclut Jonathan.

Auteur : Nicolas DUBERNARD



Télécharger le communiqué…


< Page précédente - Page / - Page suivante >