Rallycross RX Team

Une conclusion avortée

Quinze jours tout juste après avoir signé son second succès de la saison sur le tracé de Mayenne, c'est avec confiance que Jonathan Pailler abordait le rendez-vous de Dreux, 9e étape de la Coupe de France de Division 3 de Rallycross 2012.

Alors que la lutte se poursuit toujours pour le titre entre Christophe Saunois et Marc Morize, Jonathan a quant à lui clairement fait de la troisième place finale du championnat son objectif majeur en cette fin de saison.

Comme à l'accoutumée depuis la mi-saison, le pilote Salaün Holidays - Intermarché Carburant Pro attaquait son meeting sur un rythme élevé. Second des essais chronométrés à 0,1 s de Christophe Saunois, Jonathan se qualifiait aisément pour l'exercice de la SuperPôle. Si ce dernier ne parvenait pas déloger Christophe Saunois de la première place, Jonathan réduisait de manière significative l'écart qui le séparait du pilote de la Toyota Corolla, en échouant à seulement 0,072 s de celui-ci.

Une efficacité qui ne se démentira pas lors d'une première manche qualificative maîtrisée de bout en bout, et que Jonathan convertira par une seconde position provisoire au soir de la première journée de compétition.

Pourtant, après avoir obtenu la quatrième meilleure performance du dimanche matin, les évènements allaient singulièrement se corser pour Jonathan au départ de la troisième manche qualificative. En lutte avec Florent Béduneau et Marc Morize pour l'obtention d'une place sur la première ligne de la finale A, Jonathan se retrouvait enfermé dès le départ, annihilant ainsi ses chances d'améliorer son score à l'issue des qualifications. Une situation qui était loin de déranger outre-mesure Jonathan Pailler…

« Le résultat de ma manche 3 n'était pas forcément mauvais. J'ai trop assuré sur mon freinage et Xavier Briffaud a su en profiter. Ensuite, je me suis retrouvé englué dans le trafic, à tel point que je ne pouvais rien faire sinon de suivre le rythme en faisant attention à ne pas perdre de places. Mais je ne voulais absolument pas partir depuis le couloir extérieur de la première ligne en Finale A. Je visais la seconde place à côté de Christophe Saunois, ou bien le couloir intérieur de la seconde ligne, qui sont bien plus favorables. Pour cela, il me fallait aller chercher le meilleur temps de la manche 3, donc quand j'ai vu que je n'y arriverais pas, je ne me suis pas affolé car cela ne me pénalisait absolument pas. » analyse le pilote Salaün Holidays.

Installé sur la seconde ligne de la finale A derrière le trio Saunois/Morize/Béduneau, les choses allaient tourner court pour Jonathan. Victime d'un bris d'embrayage au départ, la Peugeot 206 restait scotchée sur la grille de départ, laissant le reste de la meute s'échapper. Une conclusion amère pour Jonathan, qui héritait logiquement de la 8e place sans avoir eu l'opportunité de défendre ses chances. Nul doute que la prochaine manche d'Essay constituera pour Jonathan, une bonne opportunité de prendre sa revanche, histoire de conclure en beauté une saison déjà faste pour son premier programme complet en Rallycross.

« J'ai perdu beaucoup de temps dans les premiers tours ce week-end. J'ai eu un peu de mal avec les départs, et cela m'a compliqué la tâche. J'ai tout de même réussi à me qualifier pour la finale A avec une position de départ qui n'était pas mauvaise du tout. Ensuite, la mécanique en a décidé autrement. Dès la procédure de départ, j'ai senti qu'il y avait un souci avec l'embrayage puisque la voiture avançait toute seule sur la grille de départ. Quand, j'ai voulu lâcher la pédale d'embrayage, la voiture est restée sur place, note Jonathan, avant de conclure :

« Je ne craignais pas forcément Florent Béduneau parce que je savais que je pouvais être plus rapide que lui. J'avais un bon couloir de départ et ma stratégie était de me caler dans les échappements de Christophe Saunois pour ressortir en bonne position du premier virage. Malheureusement, rien ne s'est passé comme prévu. C'est dommage, mais c'est le seul et unique problème mécanique que nous avons eu depuis le début de saison, donc il serait indélicat de ma part de blâmer la mécanique. Cela fait partie du sport automobile et je compte mettre à profit la prochaine manche d'Essay pour conclure ce championnat sur une bonne note. »

Auteur : Nicolas DUBERNARD



Télécharger le communiqué…


< Page précédente - Page / - Page suivante >