Rallycross RX Team

Une prise en main réussie

Après des débuts en compétition officielle concluants lors de la manche Portugaise du Championnat d’Europe FIA, la nouvelle Peugeot 208 s’est une nouvelle fois mise en évidence lors de l’ouverture du championnat de France, qui avait également la particularité d’accueillir la seconde épreuve du Rallycross Challenge Europe, faisant la part-belle à quelques valeurs sûres du vieux continent.

Cette fois aux mains de Fabien Pailler, la Peugeot 208 signait le meilleur temps des essais chronométrés. Soit une sacré performance pour le pilote « AXEL Fermetures » qui prenait soin de se porter en tête d’une catégorie SuperCar composée de 22 concurrents. Un résultat d’autant plus probant que Fabien n’avait effectué qu’une séance de roulage limitée, un mois auparavant, au volant de la nouvelle Lionne. Malheureusement, une forte averse au moment de prendre le départ de la première manche qualificative allait réduire à néant les chances de Fabien de rééditer sa bonne sortie des essais, avant de se faire enfermer par un adversaire au départ de la seconde session, et d’ainsi perdre de précieux dixièmes.

« Les conditions météo n'étaient pas idéales, et je pense que nous n'avons pas tous bénéficié d'une piste similaire lors des deux premières manches qualificatives explique Fabien. En première manche, la piste était détrempée et il fallait surtout veiller à ne pas faire d'erreur. L'adhérence était vraiment précaire sur les parties "terre" et mon objectif était surtout de ramener la voiture intacte au soir de la première journée. Ensuite, je n'ai pas pris un très bon départ en seconde manche. J'ai dû me débarrasser de Christophe Jouet et de Jean-Claude Lemoine pour finir dans les échappements du tchèque Pavel Koutny, mais il est clair que j'ai perdu beaucoup trop de temps dans la manoeuvre pour m'assurer d'un bon chrono. Et ce, d'autant plus que la piste s'est améliorée pour les deux séries suivantes dans lesquelles s'élançaient mes principaux adversaires. J'ai connu les mêmes problèmes en manche 3, où mon départ ne me permet pas de ressortir du premier virage en tête, et où je ne suis jamais arrivé à trouver l'ouverture sur Jos Kuijpers. Je n'ai pas réussi à faire de manches "claires" et sans être gêné, soit par les conditions de piste, soit par mes concurrents, mais cela fait partie de la course. » analyse le sociétaire de la structure Pailler Compétition.

Malheureusement, Fabien ne pourra pas rallier la finale A. Installé aux commandes de la Finale B, le pilote de la Peugeot 208 devait stopper son effort suite à une casse moteur. Un contexte qui n’entame pas le moral de Fabien, bien conscient d’avoir hérité d’une arme qui pourrait bien lui permettre de briller dès le prochain rendez-vous de Châteauroux.

« Malgré la désillusion d'avoir dû m'arrêter en Finale B, les motifs de satisfaction sont nombreux. Nous avons pu profiter de ce week-end pour prouver que la voiture est bien née. Je me suis d'ailleurs tout de suite senti à l'aise à son volant, comme le prouve ma pole réalisée lors des essais chronométrés. Je suis tout de même content de notre niveau de forme car nous avons franchi un véritable pallier par rapport à la Peugeot 207 en termes de performance. Mais la Peugeot 208 n'en ait encore qu'au début de son développement. Nous devons donc continuer à travailler même si cette épreuve nous a donné quelques pistes et quelques idées pour la suite, et ce, notamment au niveau du châssis. » conclut le pilote de la Peugeot 208 « Intermarché-Carburant Pro »

Auteur : Nicolas DUBERNARD



Télécharger le communiqué…


< Page précédente - Page / - Page suivante >