Rallycross RX Team

Une frustration légitime

Si Jonathan Pailler avait à coeur de rééditer sa victoire établie l'an passé sur ce même tracé de Kerlabo, la météo tourmentée du circuit Armoricain n'a pas facilité le parcours du pilote de la Peugeot 206 « SALAÜN Holidays/Intermarche Carburant Pro ». Stoppé dès les essais chronométrés par un orage qui annihilait toutes chances de bien figurer au classement, Jonathan aura cravaché tout au long du week-end pour tenter de revenir dans la course.

Drôle de meeting pour le pilote aux couleurs de GUTTOMAT. Seulement 15e des essais chronométrés, Jonathan se faisait piéger par un véritable déluge au moment d'établir sa propre marque sur le circuit de Kerlabo. A l'image des autres favoris de la Coupe de France de Division 3, le plote Pailler Compétition passait directement à la trappe, accusant un retard de 4 secondes par rapport à des adversaires partis sur une piste sèche. Si ce dernier tentait de rectifier le tir en s'emparant du cinquième temps au soir de la première journée, la pluie refaisait son apparition le lendemain, ne créditant le sociétaire de la structure Pailler Compétition que du 6e temps.

Si Jonathan s'empressait de valider son ticket pour la finale A au terme d'une belle lutte en Finale B avec la Ford Fiesta de Benoît Morel, c'est avec un léger brin de frustration que Jonathan concluait son meeting. Cinquième à l'arrivée, l'intéressé pouvait néanmoins se satisfaire d'avoir amélioré son score de trois positions après des séries qualificatives terminées au 8e rang.

« Après ma victoire glanée en 2012 sur ce circuit, il est clair que je ressors de cette épreuve avec un léger sentiment de frustration, et ce d'autant plus que nous avions pu compter sur une bonne vitesse de pointe à l'occasion des deux derniers rendez-vous puisque nous étions dans le rythme des favoris que sont Christophe Saunois et Florent Béduneau. J'ai vraiment eu du mal à exploiter le potentiel des pneumatiques et de la voiture sur le gras. C'est la première fois que nous étions confronté à une telle situation, et j'ai mis un peu de temps à trouver le bon compromis lors des premières manches de qualifications. » explique Jonathan, avant de poursuivre :

« Juste avant les essais chronométrés, il s'est mis à pleuvoir, et les conditions de piste en perpétuelle évolution ne nous ont pas permis d'être aussi rapides qu'à l'accoutumée. Heureusement, j'ai réussi à redresser la barre en terminant second de la finale B. Je n'étais pas trop en confiance depuis le début du week-end. J'étais sur la défensive car je ne voulais pas commettre d'erreurs à même d'abîmer la voiture. Nous nous sommes élancés en slicks. C'était un coup de poker qui nous a réussi puisque j'ai réussi à rejoindre la grille de départ de la finale A. Mon départ n'était pas excellent, et je me suis retrouvé au 8e rang à la sortie de la première courbe. Heureusement, la stratégie établie via la radio fut la bonne, et j'ai pu prendre le tour joker au bon moment. On prend néanmoins la 5e place, ce qui reste tout de même frustrant de mon point de vue. J'ai un petit goût d'inachevé sachant que nous étions à domicile ce week-end. Je me rassure en regardant la qualité des pilotes placés devant moi à l'arrivée. Saunois, Morize, Béduneau, Briffaud, cela reste du très haut niveau. On sait que la voiture marche bien. Il ne me manque qu'un peu de réussite pour retrouver le chemin de la victoire. »

Auteur : Nicolas DUBERNARD



Télécharger le communiqué…