Rallycross RX Team

Pailler Compétition sur tous les fronts

Une nouvelle fois, la saison 2012 de Rallycross s'annonce riche pour la structure Pailler Compétition. Si Jean-Luc Pailler repartira à l'assaut du très relevé championnat d'Europe dès le week-end prochain, sur le circuit britannique de Lydden Hill, Fabien et Jonathan Pailler se concentreront, quant à eux, sur les onze épreuves qui composent le Championnat de France de Rallycross.

Un Européen convaincu

Auteur de deux bonnes sorties la saison passée sur le circuit suédois d'Holjes où il occupait le Top 3 de la catégorie « SuperCars » au soir de la première journée compétition, Jean-Luc Pailler s'était mis en évidence par la suite aux Pays-Bas. Spécialiste de l'Eurocircuit de Valkenswaard, le pilote « Salaün Holidays » avait réussi à mener sa Peugeot 207 « Axel Fermertures - Intermarché » sur la seconde ligne de la Finale A. Des performances qui avaient totalement relancé le pilote le plus titré de l'histoire du Rallycross Français. Avec 10 manches au programme de son périple européen en 2012, Jean-Luc pourra compter sur son expérience et sa science du Championnat continental pour venir jouer les empêcheurs de tourner en rond.

« Pour parler d'objectifs, il faudra attendre la première course de la saison. Pour le moment, c'est un peu tôt, car nous ne disposons pas de suffisamment de données pour nous évaluer par rapport à la concurrence » explique Jean-Luc.

Poursuivre sur sa lancée

Si l'ouverture de la saison 2011 ne s'était pas traduite par les résultats escomptés, en revanche la seconde partie d'exercice de Fabien Pailler fut proche de l'excellence. Avec deux victoires décrochées lors des quatre dernières courses du championnat, dont une obtenue sur le légendaire circuit de Lohéac et ses 40 000 spectateurs, le pilote « Intermarché » détient tout simplement le second meilleur bilan de la catégorie « SuperCars ». En effet, depuis Lohéac, la Peugeot 207 « Axel Fermetures » a inscrit 62 points sur 80 possibles, soit huit de mieux que le champion de France 2011 sur la même période. Avec un accent mis sur le développement moteur, dont les premiers effets devraient se faire ressentir à l'occasion de la manche française du Championnat d'Europe à Dreux, Fabien Pailler aura tout simplement le titre de 2012 dans son viseur.

« On repart avec l'envie de gagner. On a remporté la dernière course de la saison, donc on sait que l'on dispose d'une bonne base de travail. On va jouer aux avants-postes, mais je pense que tous les pilotes du « SuperCars » sont dans le même état d'esprit que moi à ce moment là de l'année. Nos problèmes de fiabilité sont désormais derrière nous. On a beaucoup travaillé sur nos moteurs pendant l'hiver et ceux-ci disposeront de nouvelles évolutions. En revanche, nos nouveaux moteurs n'apparaîtront pas avant Dreux Europe. Nous commencerons donc la saison avec des moteurs déjà éprouvés. Je suis confiant quant à nos chances de réussite même si six ou sept pilotes minimum ont le potentiel pour aller chercher sinon le titre, au moins des victoires. »

Un Pailler peut en cacher un autre

Jusqu'ici, Jonathan Pailler s'était surtout contenté, avec un succès certain, de quelques piges ici ou là. Cette époque est désormais révolue puisque le frère cadet de Fabien s'attaquera cette année à un Championnat complet dans les rangs de la Division 3. Pour ce faire, le pilote « Salaun Holidays » pourra compter sur une Peugeot 206 T3F aux couleurs d'Intermarché et d'Axel Fermetures.

Ses quatre apparitions la saison passée sur la BMW Z3 « Pailler Compétition » se sont soldées par une régularité métronomique avec autant de qualifications pour une Finale C, au sein de la plus relevée des catégories du Championnat de France. Nul doute que l'expérience accumulée ces dernières saisons devraient donner à Jonathan Pailler les moyens d'aller se battre pour une place au sein du Top 10 de la Division 3.

« Je reste relativement détendu. Nous disposons d'une voiture avec un châssis extrêmement efficace doté d'un moteur de référence puisque c'est un Nissan V6 3.5l préparé par Gaétan Sérazin. Si quelque chose ne fonctionne pas, il faudra plus chercher du côté du pilote qu'ailleurs. C'est difficile de se fixer des objectifs précis étant donné que chaque week-end, une quinzaine de pilotes peuvent prétendre rejoindre le Top 5. Commencer par rentrer dans le Top 10 constituerait déjà une bonne entrée en matière. Ensuite, il est clair que tenter de rejoindre progressivement les Finales A fait partie de mes buts pour cette saison. » souligne Jonathan tout en poursuivant : « Sur le plan moteur, la différence est nette puisque l'on passe d'un six cylindres 3,2 l à un V6 3,5 l. J'aurai donc plus de couple et également plus de puissance puisque le moteur Nissan fait 50 chevaux de plus que le précédent. Sur le plan du châssis, il n'y a rien à redire, il est proche de la perfection. De plus, nous aurons 100 kg de moins à embarquer par rapport à la saison passée. » conclut Jonathan.

Pour Jean-Luc Pailler, les choses sérieuses commenceront les 8 et 9 avril prochains en Angleterre, sur le tracé de Lydden Hill, pour le coup d'envoi du championnat d'Europe de Rallycross. Une course à suivre en direct, sur Motors TV, qui assurera la retransmission de l'épreuve. Pour Fabien et Jonathan Pailler, il faudra encore patienter jusqu'au 14 avril pour voir les deux pilotes « Pailler Compétition » entrer en piste à l'occasion de la première manche française disputée sur le circuit des Ducs d'Essay-Orne.

Auteur : Nicolas DUBERNARD



< Page précédente - Page / - Page suivante >