Rallycross RX Team

Duo de choc pour Pailler Compétition

À désormais un mois et demi de la reprise de la saison 2014, c'est avec deux pilotes que la structure Pailler Compétition s'alignera sur le front du championnat de France de Rallycross. Après son titre de vice-champion obtenu l'an dernier, Fabien Pailler sera rejoint cette saison par son frère Jonathan. Tous les deux installés au volant de Peugeot 208 SuperCars, les sociétaires de la structure Pailler Compétition n'en oublient pas pour autant le RallycrossRX sur lequel ils prévoient notamment de s'aligner en Angleterre et à Lohéac, en plus de quelques sorties qui devraient compléter un programme 2014 bien chargé.

Auteur de deux succès l'an passé et d'une performance de tout premier choix devant les 72 000 spectateurs de la manche RallycrossRX de Lohéac, Fabien sera aux commandes de la nouvelle Peugeot 208 SuperCar construite cet hiver dans les ateliers de l'équipe Pailler Compétition. Une quatrième campagne dans les rangs de la catégorie reine que le pilote AXEL Fermetures – INTERMARCHÉ Carburant Pro entend bien mettre à profit pour passer un cap supplémentaire dans sa carrière sportive, et ce, même s'il demeure prudent au moment de dresser ses objectifs, bien conscient des pièges sous-tendus par l'intensité de la compétition.

« Il est certain qu'un titre de champion de France constitue toujours un plus et une ligne non négligeable sur un CV lorsqu'il s'agit de démarcher de nouveaux partenaires pour s'engager à un niveau supérieur. Cela donne une certaine légitimité. Néanmoins, un titre ne donne aucune garantie de pouvoir franchir un nouveau cap, mais ce serait en tout cas une superbe récompense pour toute l'équipe. Mais il est encore beaucoup trop tôt pour y penser » explique Fabien qui, s'il a longtemps convoité un programme en championnat d'Europe RallycrossRX, doit également composer avec les réalités du moment.

« Qu'il s'agisse de nos clients ou de nos partenaires, il était essentiel d'assurer notre présence sur le championnat de France. Plutôt que de nous disperser, au risque de faire les choses à moitié, nous avons fait le choix de nous concentrer sur la France ainsi que sur certaines dates du championnat du Monde RallycrossRX qui n'entrent pas en conflit avec le championnat de France. Nous serons donc présents à Lydden Hill ainsi qu'à Lohéac mais nous prévoyons également de nous aligner sur d'autres épreuves que nous ne manquerons pas d'annoncer le moment venu. »

Pour Jonathan Pailler, le SuperCar ne sera pas une première. Déjà auteur d'une sortie au volant de la Peugeot 207 dans le cadre du championnat de France, Jonathan mettra un terme à son investissement au sein de la Coupe de France de Division 3 pour se retrouver aux commandes de la Peugeot 208 vice-championne de France aux mains de Fabien Pailler. Auteur de trois succès lors des deux dernières saisons, il fut également l'un des seuls à se montrer en mesure de faire trébucher les deux derniers champions sortants, Christophe Saunois et Marc Morize. Et si Jonathan nourrit quelques regrets légitimes à l'idée de ne pas avoir pu se battre pour le titre en Division 3, l'opportunité de venir s'illustrer en SuperCar ne pouvait pas se refuser.

« Le fait de rouler en SuperCar est surtout une idée de nos partenaires qui souhaitaient aligner une paire de pilotes sur un championnat complet. De mon côté, je pense que j'avais encore des choses à prouver en Coupe de France de Division 3 avant une telle transition en direction du SuperCar. Mais d'un autre côté, il est clair qu'il s'agit du genre d'opportunités que vous ne pouvez pas laisser passer note Jonathan, qui ne nourrit aucun complexe à l'idée de s'aligner au volant de la Peugeot 208.

« Je n'ai pas inquiétudes particulières. Même si c'est un nouveau challenge, il s'agit avant-tout d'une saison d'apprentissage. J'ai pour moi la chance de pouvoir m'appuyer sur une équipe qui saura me guider rapidement vers le haut du classement. Nous allons faire quelques essais avant le début du championnat histoire de bien me mettre la voiture en mains. J'aurai déjà une meilleure indication de ce que je suis en mesure de faire après ce premier test. Même s'il existe des différences entre une T3F et une SuperCar, je ne pense pas que cela va influer sur ma manière de piloter. Le V6 Nissan avait pour avantage d'être très coupleux, et les nouvelles SuperCars, du fait du bang et de turbos de nouvelle génération, permettent de sacrément diminuer le temps de réponse du 2 litres turbo. En tout, cas, par rapport à l'unique course que j'ai pu faire en SuperCar, je sais que cela n'a plus rien à voir sur le plan d'exploitation du moteur » conclut Jonathan, qui entamera son périple 2014 sur le circuit d'Essay, les 3 et 4 mai prochains.

Auteur : Nicolas DUBERNARD



Télécharger le communiqué…


< Page précédente - Page / - Page suivante >