Rallycross RX Team

Jean-Luc Pailler attaque fort !

Le week-dernier, le tracé de Lydden Hill accueillait le coup d'envoi du Championnat d'Europe de Rallycross. Une occasion que n'a pas manqué Jean-Luc Pailler pour se mettre en évidence, en signant sa première qualification pour une Finale A cette saison.

Comme un poisson dans l'eau…

Noyée sous les nuages et les averses, la petite campagne britannique de Wooton réservait à ses pilotes une scène de jeu aux allures d'apocalypse. Drôle de tableau pour un championnat d'Europe qui fête ses 40 ans cette année. Pourtant, le contexte difficile de cette première manche de la saison n'allait pas perturber outre-mesure le pilote « Salaun Holidays » qui prenait progressivement ses quartiers dans le haut de la hiérarchie, sitôt les premières séances d'essais libres entamées.

Deuxième meilleur temps absolu derrière le multiple vainqueur des ESPN X-Games, alias Tanner Foust, Jean-Luc Pailler pouvait dès lors attaquer sereinement des essais chronométrés qu'il concluait devant les principaux favoris en récoltant le troisième temps.

Décalage horaire

Hélas, l'élan de la Peugeot 207 « Intermarché Carburants Pro - Axel Fermetures » allait rapidement être coupé, lorsque des incidents techniques forçaient les organisateurs à repousser au lundi matin, le lancement de la première des trois manches qualificatives.

Loin de s'arranger, la pluie qui continuait de tomber avec intensité au matin de la seconde journée de compétition promettait les pilotes à un véritable enfer. Satisfait de ses performances alignées la veille, tout autant que du travail entrepris sur les réglages de différentiels, le pilote « Salaun Holidays » était conscient qu'il disposait d'une monture à même d'aller décrocher une qualification directe pour la Finale A.

A quitte ou double !

Entre une météo « so british », et un timing serré dû aux impératifs des télévisions qui retransmettaient l'épreuve en direct, la moindre erreur d'appréciation devenait interdite. Un contexte auquel Jean-Luc Pailler s'adaptera rapidement, bien trop conscient des intérêts en jeu. Neuvième temps de la première manche, le pilote aux 11 titres de champion de France ne se doutait pas que la seconde confrontation du jour allaient le mettre en grand danger.

Trop prudent au départ, le pilote de la Peugeot 207 « Axel Fermetures - Intermarché Carburants Pro » se retrouvait pris dans la nasse. Une situation d'autant moins évidente à gérer qu'un mauvais choix de pneumatiques se soldait par quelques séances d'aqua-planning dont Jean-Luc Pailler se serait bien évidemment passé. La sentence du chronomètre ne se fera d'ailleurs pas attendre, puisque le pilote en titre de la structure « Pailler Compétition » ne récoltait qu'un modeste 19e temps.

Un homme avertit…

Mais en pilote expérimenté, le champion d'Europe 1993 allait finalement réussir à inverser la tendance lors de l'ultime série qualificative. À l'exctinction des feux, la Peugeot 207 s'extirpait du paquet avec facilité et prenait la tête d'une course qu'il ne lâchera plus. Quatrième temps à l'arrivée, et Jean-Luc Pailler devinait son destin intimement lié à une Finale B dont il occupait la pôle-position.

… en vaut deux !

À nouveau auteur d'un envol parfait, Jean-Luc Pailler prenait la tête des opérations de la fameuse « B », pour empocher un des deux tickets mis en jeu pour la grande finale du jour, dans laquelle il retrouvait les sept meilleurs performers du week-end.

Installé sur la troisième ligne de la grille, Jean-Luc se devait de choisir la bonne stratégie. Avec le norvégien Guttorm Lindefjell et le britannique Liam Doran à ses côtés, c'est l'option du « Joker Lap » que choisissait de prendre le pilote « Salaün Holidays ».

Si le leader Tanner Foust profitait d'une visibilité intacte pour enchaîner, avec insolence, les tours en dessous de la barre des 49 secondes, il est clair que l'ambiance n'était pas la même derrière. Les projections de boue plongeaient en effet les pilotes pris dans le trafic, dans le chaos le plus absolu, et « assurer » sa position s'imposait alors comme la plus sage des décisions. Septième à l'arrivée, Jean-Luc Pailler pouvait néanmoins se féliciter de l'excellente forme affichée par la Peugeot 207 pour cette première des dix manches qui composent le championnat d'Europe de Rallycross. Par contraste avec les nuages de Lydden Hill, l'avenir de Jean-Luc sur le continent européen est bien parti pour s'annoncer radieux !

Auteur : Nicolas DUBERNARD



Télécharger le communiqué…