Rallycross RX Team

Jonathan dans le bon tempo

Après un parcours couronné de succès lors d'une épreuve de Lohéac où il s'est retrouvé opposé au gratin du Rallycross mondial, Jonathan Pailler était ce week-end de retour sur le front du championnat de France sur un circuit de Mayenne qui accueillait l'avant-dernière étape de la saison. Une occasion dont s'est saisi le pensionnaire de la structure Pailler Compétition pour prouver qu'il faisait bien partie des pilotes les plus rapides de la catégorie reine.

Auteur du meilleur temps en troisième manche qualificative, le pilote de la Peugeot 208 SALAÜN Holidays//GUTTOMAT est parvenu à faire jeu égal avec les poids-lourds de ce championnat de France SuperCar. Pour preuve, c'est au 4e rang de sa catégorie que Jonathan concluait ses qualifications.

« C'est plutôt satisfaisant puisque nous ne sommes pas passés loin d'égaler nos meilleures performances de l'année en qualifications. Le bilan est donc plus que positif, puisque si on compare nos temps sur un tour lancé par rapport à des pilotes de la trempe de Gaëtan Sérazin, JB Dubourg ou encore ceux établis par mon frère, Fabien, on constate que nous sommes parfaitement dans le rythme, seuls 2 ou 3 dixièmes me séparant encore d'eux. Il va falloir que je confirme toutes ces bonnes choses entrevues ce week-end lors de la dernière manche du championnat de France qui se tiendra dans trois semaines, sur le circuit de Dreux » explique Jonathan qui, en dépit d'une quatrième position acquise à l'issue des qualifications et d'une demi-finale conclue au second rang, se fera bousculer à l'approche de la première courbe de la finale, annihilant ainsi ses chances d'aller chercher son troisième podium de la saison.

Une déception rapidement effacée par son niveau de forme du week-end.

« Je n'ai pas vraiment compris ce qu'il s'est passé, note le pilote Pailler Compétition. Une voiture s'est retrouvée en travers devant le museau de ma Peugeot 208 SALAÜN Holidays//GUTTOMAT. Je suis tombé sur la pédale de frein, mais je n'ai rien pu faire pour l'éviter. Derrière, d'autres voitures sont venues me toucher, donc autant dire que ma monture n'était plus en mesure de poursuivre plus loin sa route. C'est dommage, mais je veux me concentrer sur l'essentiel. Mes qualifications prouvent que je progresse à chaque sortie pour ma première saison en SuperCar. Les automatismes sont désormais bien en place. Je suis sur la lancée de mes performances établies depuis le mois de juillet les épreuves de Tours, Kerlabo et Lohéac » conclut Jonathan, qui tentera d'aller chercher un ultime Top 3 les 11 et 12 octobre prochains, sur le circuit de l'Ouest Parisien de Dreux.

Auteur : Nicolas DUBERNARD